Besoin de protéger les abords de votre piscine ?

Avoir sa propre piscine est un vrai luxe et un vrai plaisir. C’est aussi un endroit plein de dangers régit par des règles et des normes très précises. Dans ce guide nous vous expliquons tout pour faire de votre piscine un endroit de détente et de loisirs sécurisé dont vous pourrez profiter en toute sérénité.

Tout ce qu'il faut savoir !

Profitez de votre piscine tout l’été, en toute sécurité

Les beaux jours sont de retour et le moment est enfin venu de profiter de votre piscine privée. Quoi de mieux en effet que de plonger dans des eaux turquoise sous un soleil estival ? Mais avant de se laisser aller au farniente, il convient de prendre un certain nombre de précautions.

Car parmi les accidents domestiques les plus courants figurent en bonne place les noyades. Les piscines peuvent représenter un danger, notamment pour les jeunes enfants, a fortiori s’ils ne savent pas nager. Face à ce constat, l’Etat français a décidé en 2003 de légiférer quant aux normes de sécurité devant s’appliquer aux piscines des particuliers. L’objectif : limiter au maximum les risques sans pour autant exempter les propriétaires et parents de leur responsabilité.

Ce que dit la loi « piscine » de 2004

Depuis le 1er janvier 2004, il est obligatoire de sécuriser les piscines, qu’elles soient à usage individuel ou collectif. Sont concernés les bassins enterrés ou semi-enterrés. Afin d’éviter tout risque de chute pouvant entraîner la noyade, les piscines doivent être équipées d’un système de sécurité homologué.

En cas de non-respect de cette loi, les propriétaires encourent une amende pouvant atteindre 45 000 €.

Les systèmes de sécurité autorisés

Quatre dispositifs de sécurité sont autorisés par la loi. Pour être conformes, ils doivent répondre à des normes Afnor précises :

  • Les alarmes de piscine : normes NF P90-307
  • Les bâches : normes NF P90-308
  • Les abris : normes NF P90-309
  • Les barrières : normes NF P90-306

Avantages et inconvénients de ces moyens pour sécuriser un bassin

Si vous possédez une piscine enterrée, vous êtes donc dans l’obligation de la sécuriser. Pour déterminer quel système est le plus adapté à votre situation, voici quelques informations les concernant.

Les alarmes de piscine

Il existe deux types d’alarmes, l’une immergée et l’autre périmétrique. La première se déclenche dès qu’elle détecte la chute d’un corps dans l’eau. La deuxième se base sur un système infrarouge qui réagit lorsqu’est franchie cette barrière virtuelle.

Le principal avantage des alarmes de piscine est qu’elles sont discrètes et qu’elles ne dénaturent pas votre jardin. Qui plus est, les alarmes immergées sont abordables, rapides et faciles à installer.

Pour autant, elles demandent de l’attention. En effet, il faudra penser à enclencher l’alarme dès que la piscine n’est plus utilisée. Elle demande aussi à ce que l’on tende l’oreille et à ce que l’on change les piles ou batteries dès que nécessaire.

Les bâches de piscine

Là aussi, les solutions sont multiples. Du volet roulant automatique à la bâche tendue sur le bassin, les systèmes sont plus ou moins onéreux et pratiques à manipuler. Pour autant, toutes les couvertures de piscine disponibles sur le marché ne seront pas suffisantes pour sécuriser votre bassin. Ainsi, une simple bâche à bulle que l’on déroule manuellement devra être accompagnée d’une alarme par exemple. Pour être aux normes, la bâche doit en effet empêcher l’immersion d’un jeune enfant.

Les abris de piscine

Les modèles d’abris de piscine sont extrêmement variés. Dans tous les cas, pour être aux normes, on doit pouvoir les fermer et les verrouiller afin d’empêcher l’intrusion d’un enfant non-accompagné. Les abris ont ceci d’intéressant qu’ils permettent d’utiliser la piscine hors saison ; mais ce type d’installation nécessite généralement l’intervention de professionnels ainsi qu’une demande de permis de construire. Pour engager moins de frais, l’on peut aussi se tourner vers un abri bas escamotable ou télescopique, mais l’on ne pourra se baigner toute l’année.

Les barrières de piscine

Encore une fois, l’offre en barrières est très variée et s’adapte à tous les besoins. Pour être homologuée, la clôture, quelle qu’elle soit, doit être posée à au moins un mètre du bord du bassin et doit comporter un portillon. Ce dernier doit être muni d’un système de verrouillage qu’un enfant ne pourrait manipuler seul.

Les clôtures de piscine peuvent être souples ou rigides, fixes ou amovibles. Elles peuvent aussi se montrer design avec des panneaux vitrés qui n’entravent pas la vue. Ce qui permettra aussi de surveiller visuellement la piscine.

C’est le système qui est le plus retenu par les particuliers et les professionnels. En effet, la clôture empêche physiquement toute personne d’accéder au bassin sans l’intervention d’un adulte. Enfants, et même animaux domestiques, ne sauraient en effet s’approcher du bassin sans qu’un adulte n’actionne le portillon et n’autorise l’accès. Qui plus est, avec des clôtures aux panneaux vitrés, l’on garde facilement un œil sur ce qui se passe dans le bassin et l’on pourra intervenir rapidement en cas d’accident.

Une solution efficace et esthétique, facile à poser

Si vous aussi, vous choisissez une barrière de piscine pour la sécurité de vos enfants et de vos proches, sachez qu’il est tout à fait possible de poser soi-même ce type de dispositif. Il existe même des kits de clôture de piscine comprenant les poteaux, les systèmes de fixation et le portillon, le tout aux normes Afnor.

Les matériaux et types de barrières de piscine sont très nombreux sur le marché : grillage, toile tendue, barreaux, en PVC, inox, métal… Pour un rendu esthétique et discret, les barrières en verre sont toutes recommandées, d’autant plus qu’elles sont résistantes, robustes et faciles d’entretien. Et elles ne coupent pas la vue sur le bassin, ce qui rajoute encore à sa sécurisation.

Retrouvez nos conseils pour commander et poser vous-même votre barrière de piscine.